[Carnet de Terre] Séjour au Caire – Egypte – Part I

[Carnet de Terre] Séjour au Caire – Egypte – Part I

[Carnet de Terre] Séjour au Caire – Egypte – Part I

Après 6 mois au frais islandais, je vous emmène sous le soleil… en Égypte ! Suivez-nous du Caire à Abou Simbel, en 3 semaines !

#19 Novembre

Nous arrivons au Caire de nuit, et pour un mois d’hiver, je dois dire qu’il fait plutôt très chaud !
Le taxi-navette de l’hôtel nous attend dehors, parmi une horde d’autres chauffeurs, avec un panneau portant mon nom, une scène digne d’un téléfilm américain.
Après quelques mots échangés en anglais, nous partons pour 30 longues minutes de route, 30 folles minutes de conduite à l’égyptienne… Agrippée à ma poignée, le jeune chauffeur slalome entre voitures et camions à une vitesse bien trop élevée vu le traffic; aucun d’eux ne suit les lignes au sol, et ne respectent les feux rouges. Les clignotants aussi, sont apparement en option, mais pour signaler qu’ils souhaitent (vont) passer, ils klaxonnent… Et c’est dans une cacophonie que j’observe les résultats de ce style de conduite : Une voiture cabossée sur chaque millimètre de sa carrosserie, des rayures, des feux cassés, ou encore les rétroviseurs manquants… Et au milieu de tout ça, les piétons qui traversent sereinement !

#20 Novembre

Nous commençons ce long voyage par la visite du plus célèbre des sites d’Égypte : Le plateau de Gizeh, avec ses 3 pyramides, symbole du pays pour les voyageurs, ainsi que le seul et unique Sphinx, connu du monde entier.
Après une nouvelle course sportive en taxi, me voilà avec ma moitié, à l’entrée du site, encombré de touristes. À droite, le beau Sphinx, au nez cassé, est plus petit que ce que l’on imagine ! De bon matin, la star du plateau de Giza est prise d’assault par des dizaines de touristes qui posent devant lui.

Sur notre chemin, nous sommes harcelés par de nombreux chameliers, très insistants, à la recherche de clients. Ils bradent les prix de leurs tours au fur et à mesure que l’on s’éloigne, et nous suivent sans relâche jusqu’à obtenir un « non » ferme. Les dromadaires sont grands, équipés d’une selle et de couvertures aux couleurs chaudes. Moi qui avait hâte de monter sur leur dos, je m’abstiens après en avoir vu un dont les pattes tremblaient sûrement de fatigue.
Quelques centaines de mètres plus loin, au centre, la pyramide de Khéphren s’impose. Son sommet est encore recouvert de calcaire, à la différence de la pyramide de Khéops à sa droite, et de la pyramide de Mykérinos à sa gauche, la plus petite.
Nous achetons un ticket pour entrer dans la plus grande, celle de Khéops. La grande galerie, long couloir étroit en pente dont la construction du plafond laisse perplexe, mène la foule tantôt debout, tantôt pliée dans le bas couloir final qui conduira jusqu’à la chambre funéraire qui abritait jadis le sarcophage du pharaon. Un détail me frappe. La chaleur ! Contrairement aux églises où il fait souvent frais l’été, la grande salle est un vrai four !
De retour à l’extérieur, nous allons maintenant visiter le musée exposant la magnifique barque solaire de plus de 43m de long, découverte enfouie, au pied de la pyramide en 1954.

Caire Egypte

La journée passe, le soleil descend doucement, et les pyramides prennent alors une superbe couleur dorée. Pour échapper à la foule, rien de plus simple, marcher jusqu’à l’autre côté de la pyramide de Khéphren ! Pas de chameliers, pas de perches à selfies. Nous, les pieds dans le sable, seuls face aux 3 pyramides. Quel bonheur !

Caire Egypte

#21 Novembre

Le soleil est doux ce matin, et nous voilà en route vers le complexe funéraire de Djoser.

Notre chauffeur de taxi au visage amical ne parle pas anglais et il n’est pas facile de lui expliquer où nous voulons aller, malgré les dessins à main levée de pyramide à degrés ! Finalement sur le bon chemin, je constate avec tristesse l’état de la chaussée bordée d’ordures (sans oublier le cadavre d’un âne), et du cours d’eau, où flottent toujours plus d’ordures. Les hérons, salis, y cherchent cependant à manger…
Enfin arrivés, tickets en main (dont le ticket « caméra » qui permet de photographier dans les tombeaux), un homme à l’entrée va s’imposer comme notre guide, dans l’espoir de recevoir quelques billets par la suite.

Passé les murs d’entrée, nous avons vue sur la belle pyramide à degrés de Saqqarah, en rénovation. Puis, sur le « musée » Imhoteb, un tombeau et des vestiges en plein air.

Plus loin, nous arrivons sur une autre partie du site, avec un autre tombeau joliment décoré de hiéroglyphes, et d’étoiles sur le plafond. Comme pour le tombeau précédent et celui de la grande pyramide, l’accès se fait plié dans un tunnel étroit, assez pentu. Et pour finir la visite, le vaste tombeau de Mereruka, est décoré d’immenses bas-reliefs (frises) représentant des scènes de vie (pêche, chasse, etc…). Au fond de la dernière salle, une grande ronde-bosse (statue) en face de la porte, clôt la visite.

À mi-journée, nous marchons vers le très réputé souq à Khan El Khalili, idéal pour trouver quelques souvenirs. Mais avant, nous nous faisons encore alpaguer par un homme qui tient absolument à nous conduire vers des fabricants de « vrais » coffrets en nacre.
Enfin libérés, les boutiques du souq débordent de statuettes, bijoux, et autre bricoles qui, de nos jours, sont pour la plupart made in China (Benoît rit : « Tu crois que les Chinois savent qu’ils achètent des souvenirs qui viennent de chez eux ?! »). J’avoue, ça fait sourire quand on y pense !

La nuit tombe rapidement.
Après une longue marche et pour finir cette journée en beauté, quelle meilleure idée que de s’offrir un moment détente, autour d’une tasse de thé accompagnée d’un narguilé, en plein coeur du souq ? (Sinon, il y en a une lignée à l’extérieur, prêt à se jeter sur vous, et cela peut devenir source de conflit quand l’un accuse son voisin de mentir !)

#22 Novembre

Matinée au musée égyptien du Caire. Bien que vieillot, c’est une mine d’or !
Dans les vitrines d’époque, sont gardées des milliers de reliques pharaoniques ! Amulettes, bijoux, sarcophages, et parchemins s’entassent. Le plus impressionnant, ce sont le momies : Reines, rois, ainsi que celle de Ramses II. Au fil des dynasties, l’amélioration des techniques est clairement visible. Certaines ont les paupières couvertes, d’autres sont ouvertes, quelques-unes ont encore des cheveux et des cils, celles-ci ont des perruques, et celle-là a des yeux de pierre. Le plus beau est sans conteste la salle de Toutankhamon, qui renferme ses nombreux trésors. Beaucoup de plastrons, bracelets, d’une incroyable finesse, et au centre, son masque : 11kg d’or, orné de pierres, des hiéroglyphes gravés à l’arrière de la tête, et sur sa coiffe, la tête de vautour et celle du cobra côte à côte, subliment l’ensemble.

Ici, quelques objets…

Couvercles de sarcophages…

Leur décoration intérieure et extérieure…

Masque et bijoux…

Une momie, son masque et vase canope d’Anubis…

Et pour finir, des momies d’animaux !

Nous passerons la fin de journée dans le vieux Caire, et plus exactement dans une boutique souvenir dont le propriétaire tenait absolument à nous offrir le thé. Il nous fait, bien évidemment, une démonstration avec ses papyrus phosphorescent, puis nous montre comment différencier le vrai papyrus, que sa famille produit, et les faux, fabriqués en feuille de bananier. Il reconnaît cependant qu’il a beaucoup de contrefaçon parmi toutes ces babioles, en utilisant la même phrase : « Moi, pas Ali Baba !». La fatigue nous gagne, et nous retournons à l’hôtel en métro.

#23 Novembre

Direction l’Est du Caire, à la citadelle de Saladin où les petites filles me fixent, et s’approchent en me demandant : « Photo please, photo ? ». L’une d’elle regarde mon piercing, et me demande en Anglais : « Qu’est-ce que c’est ? ». Je lui explique dans un anglais accompagné des gestes que c’est comme une boucle d’oreille, à la bouche. Apparemment, ce n’est pas dans la culture du pays !!


Le parc El Azhar est havre de paix au milieu de cette immense ville si agitée, et cela me fait le plus grand bien. Fontaines, arbres, fleurs… Et même la pluie, qui fait crier les enfants et courir les plus grands ! Je ramasse pour mon herbier, une fleur d’Hibiscus fraîchement tombée, ainsi que 2 fleurs de Frangipanier; les plaque au milieu d’un mouchoir replié, accroupie le long du chemin. En relevant la tête, je m’aperçois qu’une dizaine d’enfants se sont attroupés autour de moi pour regarder ce que je fais. C’est vraiment déstabilisant !!

Puis tranquillement, nous repartons, vers la belle mosquée Ibn Tulun, aux voûtes couleur sable.

Dernières heures dans la capitale. Nous repartons au vieux Caire, visiter son petit souq, l’église suspendue, et verser une petite larme devant le sublime scarabée en Lapis Lazuli à 100$ qui m’attendait derrière la vitrine du plus grand magasin à souvenirs !

Voilà c’est fini pour le Caire ! On se retrouve la semaine prochaine sur les côtes de la Mer Rouge ! En attendant si vous avez un commentaire à me laisser, n’hésitez pas ! 😀

Share post:

  • /

Comments ( 3 )

  • Jmg

    Coucou séjour ensolieill tu nous fais voyagé de notre canapé avec tes superbes photos Nous sommes les gardiens des nuages
    Mille bisous

  • claudine et daniel

    Bonjour Steph. En janvier 2003 nous faisions notre premier séjour en Egypte. En croisière sur le Nil de Louxor à Assouan, puis visite de Abou Simbel et du Caire, ton reportage nous rappelle tous ces bons souvenirs. On y reviendra en séjour à Hurgada et Alexandrie. L’an dernier nous sommes passé par le canal de Suez, descendu la Mer rouge pour aller dans l’Océan Indien jusqu’à l’île de la Réunion. Nous avons hâte de voir toutes tes photos. A bientôt bisous à vous…

Leave A Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *