[Carnet De Terre] Sublimes Îles Japonaises – Yakushima & Okinawa – Japon

[Carnet De Terre] Sublimes Îles Japonaises – Yakushima & Okinawa – Japon

[Carnet De Terre] Sublimes Îles Japonaises – Yakushima & Okinawa – Japon

J21 : Direction Yakushima !

Ce matin je me réveille brusquement, saute du lit, range mes dernières affaires et fait appeler un taxi par l’hôtel.

C’est à Kagoshima, après de très nombreuses péripéties que je perds finalement mon sang froid (mais je vous épargne ce très long passage de ma vie ^^).

Il est midi 20 et j’ai enfin embarqué sur le Toppy Rocket, un bien étrange bateau ! J’ai 3h de trajet et je n’ai pas eu le temps de manger. Le ciel est aussi gris que mon humeur, mais l’océan lui, est toujours aussi beau; Mes yeux sont lourds… Je m’endors.

À la sortie du Toppy, un employé de l’hôtel m’attend avec une pancarte « Tashiro Annex ». Très gentil, nous sommes 3 touristes à monter avec lui dans une de ces petites voitures cubiques japonaises, ressemblant plus à un utilitaire.
L’hôtel est en bord de fleuve et n’a pas superbe mine, en revanche la chambre est jolie, tatamis, clim, TV, bouilloire, table basse, une mini baignoire japonaise et tout ce qui va avec.

 

Les futons sont rangés dans le placard et c’est un(e) employé(e) qui viendra me l’installer tous les jours à l’heure que je choisis ! Chouette !

Yakushima

L’heure tourne et je dois aller au visitor center, puis à la poste envoyer mon 3ème colis et quelques lettres.
 La poste est fermée (oui c’est Dimanche), et le visitor center est à perpet’. Une fois arrivée je prends tous les prospectus nécessaires pour mon séjour de 3 jours sur Yakushima. Cartes, lieux à voir, horaires de bus et rencontre (encore !) de français qui me donnent leurs impressions sur l’île. Sur le retour, je m’arrête dans une grande boutique à souvenirs; La plupart sont en bois, et plus particulièrement en bois de cèdre, dont l’île est recouverte.

Yakushima, classée à l’UNESCO, pour sa forêt primaire à la flore abondante, son écosystème peu commun, ses cèdres géants Japonais (Yakusugi) de plus de 1000ans, a inspiré Miyazaki pour ses plus beaux animés !
 Il y a aussi un tas de cascades, des plages où viennent pondre les tortues de mer, et… d’autres petites choses cachées dans les arbres !

Autour de l’hôtel, pas grand chose, mais c’est agréable et surtout dépaysant. Quelques maisons, le pont… Les restaurants sont loins, mais il y a un supermarché, qui m’est indiqué par le personnel. Arrivée à la caisse, pas de terminal pour les cartes.
 Il me ne reste 2000¥, on serrera la ceinture jusqu’à demain !

J22 : La plus belle des forêt.

On commence toujours une bonne journée par un bon petit-déjeuner.
En route vers la poste et un distributeur pour vérifier l’état de ma CB.  15minutes après je me retrouve devant un distributeur vraiment étrange et retire le maximum comme toujours pour éviter les frais;  Je m’occupe ensuite de poster mes lettres et colis. 45minutes plus tard, tout est emballé, mais… pas de terminal pour CB : La facture en cash est plutôt salée !
Mon bus arrive.

Aujourd’hui je pars en randonnée, pour faire le plus long des sentiers (4h), car c’est celui-ci qui est réputé pour avoir inspiré Miyazaki !
Boulette ! Je n’ai pas prit de bouteille et c’est trop tard je suis déjà dans le bus ! Connaissant les japonais et leur lubie pour les distributeurs et des souvenirs, je ne m’en fait pas. 
Erreur !! Ni souvenirs, ni bouteilles, rien ! Et il faut en plus payer pour accéder à la forêt ! 
J’hésite, et regarde la carte. Des WC en haut du sentier, 2h la montée, même sous 30 degrés, ça va le faire.

Je longe dès le début une rivière et quelques petites cascades, à l’abri du soleil sous de grands arbres. Il y a 3 sentiers, et les chemins se séparent, c’est parti ! 
La montée est plutôt douce, les feuillages protègent de la chaleur et je ne ressens ni fatigue, ni soif. Je teste enfin mon polaroid, mais je crois qu’il n’est pas fait pour les endroits sombres (conclusion au bout de la 7ème photo ratée). En montant, des cèdres géants (vraiment géants !) bordent le sentier, et c’est vraiment impressionnant. Les racines sont immenses, les troncs encore plus, certains sont troués, on dirait que d’autres ont implosé, mais le plus beau est en forme de pont avec une passerelle en bois qui le traverse.
 Non loin derrière, les WC enfin ! C’est un bâtiment grisâtre avec des tables pour manger à l’extérieur, au milieu des arbres; J’entre, et là mon nez m’indique qu’il y a clairement un problème. Une odeur… Comme jamais mon nez n’en avait senti ! Le bâtiment est vide et à l’air abandonné. J’ouvre les toilettes… Et je ressors immédiatement. Il y a des insectes morts partout, je ne reste pas là dedans.
 Dépitée, je pleure intérieurement sur ma bêtise (cela aura servi de leçon pour mes prochaines randonnées croyez-moi !) jusqu’à ce que mes yeux voient 2 tuyaux en plastique, d’où jaillit de l’eau claire, jusque dans un bac. Elle à l’air fraiche, et bonne, et… Potable ? Je demande à un couple assis sur le banc. Oui elle est bonne ! Je souris largement et bois, bois, bois, jusqu’à ce que je n’en puisse plus. Je reprends la montée, car je touche bientôt au but : La forêt de mousse !
Sur le trajet je m’amuse à photographier les différentes mousses que je trouve sur les troncs, les roches, la terre, et m’étonne d’autant de variétés. 
Et sans vraiment m’en apercevoir, la voilà. 
Plusieurs touristes s’arrêtent et s’assoient pour mieux regarder le paysage, une maman et sa petite fille prennent des photos à côté d’un tronc d’arbre couché, où l’on peut voir le visage d’un kodama (référence à Princesse Mononoke)

.
En continuant de monter, je croise une femme qui, je crois, me dit « look up » ! 
Je sentais bien à l’ambiance qu’il y avait quelque chose : Des biches sauvages juste au dessus de ma tête ! Je me fais discrète et essaie de les approcher pour prendre des photos, puis continue ma route car l’heure tourne et je dois être au bus pour 16h10, le dernier de la journée ! 

Il y a de moins en moins de touristes, et tant mieux, je viens de découvrir un petit coin vraiment magique ! Le sol est couvert de flaques et comme pour ne pas se mouiller les pieds, des rochers sont alignés et permettent de passer au-dessus; Les arbres ont encore de la mousse ici, et il y a une petite cascade.

Je continue cependant à monter mais vu où j’en suis il vaut peut-être mieux que je fasse demi-tour.
Descente très rapide, un petit stop au point d’eau, et en arrivant presque en bas, je vois un papillon bleu en galère sur le sol, je m’approche, il à l’aile coupée, je m’approche plus, il se bat avec une abeille géante ! Quelle horreur les insectes d’ici !
 Puis 2 jeunes arrivent à mon niveau et je les reconnait; Ils étaient avec moi dans le ferry, et je les soupçonnait d’être français. Oui le timbre de voix français existe je vous le garanti !
 On regarde ensemble la lutte et parlons de notre voyage et de l’île, puis, un vieux randonneur et ses grandes godillos, mettent fin au combat. 
On se dit à bientôt et nous continuons notre route.

J’ai 1h d’avance, et je retombe justement sur 2 françaises à qui j’avais parlé en arrivant au début du sentier.
 Je m’assois avec elles alors qu’elles m’expliquent qu’elles veulent tenter de faire du stop pour ne pas attendre le bus. 
Une voiture, elle lève le pouce, ils s’arrêtent. Finalement, je suis aussi embarquée !
 C’est un couple en vacances, dont le mari est allemand, et la femme japonaise !
 Après une bonne 20aine de minutes, ils me laissent en bas de la route, j’ai 3 minutes de marche pour être devant ma porte, que demande le peuple !

Ce soir, je profite de mon avance pour aller faire une machine et avancer dans mes photos devant la télé japonaise… Bonne nuit !

J23 : "Petit" tour en bus.

Aujourd’hui je vais faire le tour de l’île !! En bus, car je vais voir la cascade Ohko No Taki, qui se trouve à l’opposé de là où se trouve mon hôtel.

Je tombe encore sur des françaises, ah non des Suisses ! Je crois que c’est une mère et sa fille qui voyagent ensemble; et on est pas vraiment rassurées car le chauffeur ne parle pas (non plus) anglais.
Une fois à destination, pas besoin de marcher bien loin. La cascade de 88mètres de haut fait partie du top 100 des cascades au Japon (oui 100 ça fait beaucoup je vous l’accorde !).
 Celle ci est cependant très large, et se sépare en 2 en son milieu.
 Je grimpe sur les rochers pour pouvoir prendre mes photos, et même en étant pas au bord des chutes, je prends de l’eau plein la face (au moins ça rafraîchit !), et mon objectif aussi.
 J’en profite pour essayer mon polaroid en plein soleil, et effectivement, la photo est bien mieux !
 Essayer de trouver le meilleur angle n’est pas facile car cette cascade et vraiment immense !

Yakushima

1h après, je repars; Le prochain bus est à 15h et il est… 11h30 (il n’y en a que 3 dans la journée !).
 Je décide d’aller jusqu’à la prochaine ville à pieds pour trouver de quoi manger, et c’est sous un gros soleil que je longe la seule et unique route… Encore sans eau (car toujours pas de distributeurs et je n’ai pas de gourde) !
Au bout d’une petite heure, j’arrive dans la civilisation, et cherche les plages réputées pour la ponte de tortues mais la route descend et mon genou commence à râler.
 Je remonte donc et oh joie, quand je m’aperçois que j’étais passée devant un distributeur de boissons caché !! Un coca bien frais et plein de sucre me fera du bien, au point de m’en faire oublier les tortues.
Je repars en direction du prochain village qui annonce 2 restos, mais sur mon chemin je trouve le bus à son départ ! Je monte à bord et il part 4 minutes plus tard. Finalement je descend 2 villages après pour aller voir ce qu’ils appellent les « hot springs ».
 Ici pas de resto… Mais une minuscule épicerie ouverte, et je m’approvisionne en chips, en mini cookies et surtout de thé frais.
 Je descends vers la plage pour trouver les bains, et… C’est à l’abandon ou bien ?
 Des WC du style temporaires, une maisonnette fermée, une boîte aux lettre avec marqué 100yens, et devant la plage, une sorte de bain de pieds comme ceux d’Ax ou de Luchon, et un autre à côté plus grand séparé par une cloture en bambou. Et personne, je suis seule. 
Sauf qu’un « miaou » très insistant résonne quelque part, un chat tout maigre sort de sous le rocher et vient réclamer quelques câlins. Je crois surtout qu’il a très faim, vu sa maigreur… Et je n’ai rien, pas même d’eau ! Le pauvre miaule à la mort et me suit sur la plage, à travers les cailloux pendant que je ramasse quelques coquillages et des morceaux de coraux, très nombreux bizarrement…
Bref, je ne vais pas rester ici à rien faire, et je regarde les bus. Un autre dans 12 minutes ?! Miracle je fonce en remontant, et voit des crabes rouges vifs se précipiter dans la rigole et dans le mur en pierre, mais aussi sous la route, qui est trouée sur ses côtés; Il y en a partout, et sont si rapides que je n’arrive pas à les approcher.

 Le bus passe et je pense m’arrêter aux cascades, à 20minutes d’ici.
45minutes de marche sur la route sont requises pour aller voir celle que j’ai repérée. Il n’y a pas de bus ni rien, ni personne d’autre à pieds d’ailleurs.
 La chaleur me fait vraiment suer et je ne trouve pas mon mouchoir-à-transpiration ! De forts crissements sortent des arbres et j’imagine que ce sont de petits oiseaux accompagnés de cigales. 
Encore une fois : Erreur !
 Alors que je marche tranquillement, soudain, plus un bruit. D’un coup, de gros insectes noirs s’envolent et arrivent vers moi en crissant de nouveau, je courbe l’échine et je cours, et cours ! Jusqu’à ce que je n’entende plus le bruit de leurs ailes; WTF ?! 
Je suis mortifiée, ce bruit c’était ça ?? Ce bruit de hamster qui caquette telle une poule et qui finit sur un soupçon de cigale ?! Moi, phobique des insectes, surtout les ailés, suis terrifiée !
 Tout le chemin durant, je guète, et encore plusieurs fois, je cours. Mêlés à ça, des hordes de moucherons qui me volent autour des cheveux, du visage, partout ! Parce que je sais pas ma transpiration doit sentir tellement bon franchement !

Les dernières minutes sont interminables, mais j’y suis, et achète vite de l’eau ! Quelques mètres après, la vue sur la cascade, qui franchement ne casse pas des vitres… Bon je ne regrette pas, je suis arrivée au but. Après quelques photos, et je redescend attraper le bus pour l’auberge.

J24 : Et pour finir en beauté, Okinawa !

Mes valises sont prêtes et ai réservé pour 11h la navette qui m’emmènera jusqu’à l’aéroport de Yakushima;
 J’entame donc mes derniers jours au Japon, et c’est à Okinawa que ce sera ! 
Mais avant, on ne sait jamais à force, je préfère me payer un bon tonkatsu avec son riz ! Comme toujours, il y a aussi de drôles d’accompagnements imprévus, comme des racines de la verdure, et un bouillon… Avec d’énormes algues qui flottent… Je me fais violence et essaie de goûter, mais pour certaines crudités, je me contenterai de renifler ! (Ceux qui m’ont déjà vu manger ne seront pas étonnés !).

Pas de bol pour ce qui est de mon avion, il est à hélices, et je me retrouve avec le hublot qui forcément, a une parfaite vue dessus. Si elle s’arrête de tourner en plein vol, je serais la 1ère à le savoir (quelle poule mouillée) ! Elles commencent à tourner (le bruit me fait vraiment peur !);
 l’avion est sur le point de décoller, et je vois au loin des employés de l’aéroport, tous les 3 en ligne, en train de faire coucou à mon avion ! Je rigole vraiment (dans ma tête), mais figurez vous que ce n’est pas qu’à Yakushima !
Changement d’avion à Fukuoka après 2h de vol et quelques endormissements, puis à nouveau 2h et des brouettes pour aller jusqu’à l’île d’Okinawa. Regarder un coucher de soleil sur l’océan de par dessus les nuages est tellement apaisant !

La nuit est tombée, mais par chance, la railway part de l’aéroport et m’arrête à moins de 5 minutes de l’hôtel dans Naha !
La journée n’a pas été très intense mais quelle fatigue et surtout QUELLE CHALEUR !
Cette semaine, je loge dans un hôtel, dans une chambre/studio/duplex, super originale et design; y’en a une qui va bien dormir !

J25 : Réaliser un de ses rêves.

Pour ma 1ère journée, je décide après tant d’années d’attente, d’aller au fameux aquarium de Churaumi. Seulement allez savoir comment je me suis débrouillée, je m’aperçois qu’il est à 3h de route. Comme pour la plongée de demain qui est à 1h de route (je ne sais pas pourquoi j’ai réservé mon hôtel à Naha !).

Bref, APN chargé, chargeur ok, let’s go, on change de bus, tout roule, et même aux caisses de l’aquarium personne ! Mais à l’intérieur… Un brouhaha, des cris d’enfants, des touristes qui poussent et qui hurlent. Je m’isole avec un peu de musique et reste admirative devant… Les requin-baleines dans le bassin principal ! Car oui, l’aquarium d’Okinawa est le 2nd plus grand au monde (le 1er étant à Atlanta aux US) ! 
Je ne m’attarde pas trop au cas où il reste beaucoup à voir.

Vient ensuite une partie assez intéressante sur les poissons abyssaux ! Il y a des aquariums presque plongés dans le noir, et des poissons que je n’avais jamais vus, ni même dans les documentaires ! Puis dans un petit coin, les « lumineux ». Il y a les coraux qui s’illuminent comme la peinture à UV, et des poissons que je ne vois même pas, dont les « joues » (oui c’est dur à expliquer) s’illuminent comme nos chères lucioles, et d’autres dont c’est la partie sous leur bouche. La nature est vraiment incroyable. Vous vous imaginez avec des narines clignotantes ou des cheveux fluorescents vous ?
 J’avance encore et malheureusement la visite est déjà terminée ! À la sortie, une exposition de crânes et de poissons préhistoriques découpés et je ne sais quoi d’autre d’étrange dans des bocaux, mais j’ai trop faim pour continuer à regarder ça !

Je mange vite fait en finissant par 2 glaces tellement le soleil tape, et repars bien plus tôt que prévu pour Naha. Je rechange de bus, toujours en somnolant et cela paraît durer des HEURES, à tel point que je me demande s’il ne va pas autre part !
J’ai passé l’après midi dans le bus, 
et ma soirée étant déjà entamée, il est donc temps de chercher un petit restaurant !

J26 : Prendre son courage à 2 mains.

Réveil aux aurores ce matin ! Il est 5h15 et je dois trouver une motivation sans faille pour mes 2 plongées ! J’ai 1h de bus (qui part de Naha à 6h) pour être devant le club de plongée à 7h15. 
C’est incroyable, il fait déjà chaud et cherche déjà à boire !

Au club, je suis accueillie par une jeune blonde bien bronzée avec un accent qui n’est définitivement pas anglais. 
Je remplis des papiers, les lis et les signe, malgré les conditions plutôt effrayantes : Si j’ai un accident ou que je meurs, ce ne sera pas de leur faute, même si ça l’est ! Ahah !
 J’ai assez confiance en mes capacités pour signer. Maintenant si un gros requin se pointe effectivement…
Bref, je sors mon masque, mon maillot, et on me donne une combinaison (5mm), mais pas de capuche ? Je l’essaie, et oulà, je nage dedans ! « C’est pas grave l’eau est chaude, tu vas avoir chaud sinon ! » Chaude comment ? « 30 degrés ! » QUOI ?! Blague ? Ah ben non, j’ai hâte !
Nous sommes 3 à partir, au total, car il y a aussi un garçon venant de Hong Kong.
 On monte dans le van, on prend de quoi grignoter, et 45 minutes de route s’annoncent… Car leur bateau est cassé, et on ira finalement pas dans les îles Kerama… 
C’est pas grave, j’ai tellement hâte d’être sous l’eau ! 
Il y a plusieurs bateaux, et beaucoup de touristes asiatiques, sûrement de ces clubs qui refusent les plongeurs étrangers ! Ils font faire des trucs bizarres aux touristes, et je leur trouve un air… Pas malin dira-t-on ! 
Nous avons de la chance et nous retrouvons entre nous sur le bateau.

On choisit d’aller sur les coraux pour chercher la fameuse tortue dont notre guide nous parle.
 Malheureusement pas de tortue mais une plongée super agréable ! Des coraux blancs, jaunes, bleus, verts, violets ! Des poissons jaunes, bleus, argentés ! La guide avait raison, les petits poissons picorent nos cheveux ! L’un d’eux essaie même de picorer ma GoPro !

Nous rentrons au port changer les blocs, et repartons vers un autre site, toujours avec des coraux.

Bascule arrière, et là, quelque chose de rayé glisse sous l’eau.
 Je reconnais cette chose de sur le panneau que j’avais vu hier à propos des animaux dangereux dans les eaux d’Okinawa : Une serpent ! Je m’affole et détale en palmant comme une dingue.
 Plus loin, une fois au fond, en observant un corail de très près, je trouve qu’une petite partie est… Bien blanche, et c’est plutôt étrange… Je crois que ce corail est mou, et je crois que je vois… Un oeil !!
 J’agite mes bras dans tous les sens pour attirer l’attention de ma guide, qui vient voir ce que je montre du doigt, et voit ses yeux écarquillés, elle à l’air contente; à son tour elle fait signe à « Patrick » (son nom anglais), car il est en avance, en train de filmer avec sa GoPro lui aussi. Plus loin nous nous retrouvons tous les 3 devant du corail, et ma guide me montre une sorte d’algue noire qui bouge… Ah non, à voir sa tête ça, c’est pas une algue ! Je crois que c’est un hippocampe…

 Une belle plongée ! Ma guide râle, car elle n’avait pas prit son appareil photo et le poisson que j’avais trouvé était rare, elle n’en avait pas encore vu ici !
 Elle a malheureusement raté d’autres poissons intéressants car elle nageait vraiment vite.

Il est midi et nous rentrons au port manger, mais j’avoue que j’ai envie d’y retourner, et je demande (on ne sait jamais) si elle n’aurait pas un bloc supplémentaire pour que je puisse replonger avec eux après manger ! (car la journée est planifiée avec 3 plongées à la base).
 Oui ! Choueeeeette !

Cette fois, je me sens courageuse et accepte d’aller dans la Blue Cave, LE spot de plongée le plus réputé de Chatan ! (Et donc très fréquenté).
Punaise, ça grouille de touristes dans l’eau, et ma guide rigole, car 2 japonaises se sont maquillées pour plonger, et c’est paraît-il assez fréquent ! Je rigole intérieurement…
 Je sens que tous ces bridés ne sont pas vraiment expérimentés en plongée, une intuition.
 On se met à l’eau, et on se faufile entre les rochers jusqu’à la grotte. Heureusement j’ai avec moi ma nouvelle torche, elle me permet de voir ce que je filme, et accessoirement aide les guides à éclairer les parois. Je vois des poissons en banc, argentés, dont les écaillent reflètent ma lumière. C’est grand, et avons toute la place pour palmer.
 En sortant, je vois au fond 2 personnes collées au sol, je ne sais pas ce qu’elles ont, si elles se sentent mal ou ont simplement un problème pour gérer leur stab, mais ça ne m’étonne même pas ! Pauvre guide ! Prends que des bridés tiens, ça t’apprendra !
Nous retournons vers les coraux en nage ultra rapide. Après de belles rencontres poisson/humain, nous remontons vers la surface, et Patrick n’arrive plus à s’arrêter pour faire le petit palier, il monte comme un bouchon ! Il s’énerve sur sa purge lente et je lui fait signe de tirer sur la rapide mais il n’a pas l’air de comprendre de quoi je parle, j’attrape alors sa palme pour le retenir. Mais c’est à 2 que nous réussirons !

Ahhh quelle bonne douche, et quelle belle journée !

J27 : En bonne compagnie !

Aujourd’hui, l’amie de Mami, Mikki, arrive sur l’île et nous nous retrouvons dans un centre commercial de Naha. Nous passons l’après midi ensemble et prenons le goûter dans le marché couvert de la ville. Une glace de chez Blue Seal pour moi et de drôles d’algues pour Mikki ! C’est vraiment pas appétissant, mais elle les adore ! À côté, un stand de Sata Andagi, sucreries semblables à des donuts, mais en boule.
 J’ai vu sur un site que c’était des spécialités d’Okinawa, et ça à pas l’air mauvais, je me dois de goûter ! Mikki aussi veut s’en acheter une, et a la gentillesse de m’offrir celle que j’ai choisie !

Le soir, nous partons avec ses amis au sud de l’île pour un festival de musique japonaise. Il y a beaucoup de monde et l’ambiance me rappelle l’Australie, mis à part la musique qui est très… Japonaise ! Sur scène des boys band japonais, ça danse ça chante et le public les acclame ! Autour, un nombre incalculable de stands de nourriture ! De la friture partout, des couleurs, et… Oh punaise, des patates !!! 
Je fais rapidement le tour et prends quelques photos, puis retourne devant la scène regarder un groupe de fille habillées de paillettes rose fushia se trémousser !

Nous partons avant 21h pour manger, mais je suis tellement fatiguée par mon manque de sommeil que je les abandonne et rentre me coucher.

J28 : Improvisation.

Ce matin, le temps n’est pas au beau fixe, et je me suis aperçue hier soir que j’avais une journée de plus que ce que j’avais prévu ! Un jour à ne pas gâcher donc !
 Pour ne pas « prendre la douche », je cherche des activités d’intérieur, comme souffler du verre, ou peindre sur du corail, mais aussi un salon à ongles. Direction le centre de tourisme pour avoir un peu d’aide.
 Après une bonne heure d’explications, et d’appels, je pars réserver ma place pour souffler du verre juste en face, au centre d’arts & crafts traditionnels de Naha. Rdv à 16h30 super !
 J’ai du temps pour aller essayer la peinture sur coraux à 15 minutes d’ici ! 
Je remonte la grande avenue pour attendre le bus; J’attends, encore et encore, le bus n’est pas passé, 15, 20 minutes, il pleut et j’abandonne car j’ai faim et cela s’annonce foireux.
 Juste derrière l’arrêt de bus, un restaurant de burgers me fait de l’oeil, et la déco est vraiment cool. Je feuillette leur menu, et vois des plats locaux, 
ainsi que des bières locales; il ne fait pas très chaud pour ça mais ce sera sûrement la seule occasion d’en boire une d’ici !
 Je commande ensuite un plat avec oeuf, steak de porc, riz et des crackers. La bière est bonne ! Je suis repue et bien contente d’avoir choisi de manger ici !

Okinawa

Je pars ensuite dans le centre commercial d’en face pour prendre RDV dans le nail salon que l’on m’a indiqué : Demain à 14h30 !
Je me retrouve donc avec un début d’après midi libre et choisis d’aller dans le quartier des poteries à 10 minutes d’ici et visite également le musée.

 

Il n’est pas très grand et j’enchaine alors avec les boutiques de poteries dans les rues alentours. Les vendeurs sont très gentils ET ils parlent anglais ! J’achète un petit bol de terre cuite décoré avec une de mes couleurs favorites, le vert d’eau. Puis commence à rejoindre le centre d’arts & crafts et sur le chemin me décide à goûter une autre spécialité de l’île : D’étranges gâteaux/tartelettes avec une garniture violette, qui est en réalité, garni à la patate douce. La couleur n’inspire pas confiance mais je goûte, et ce n’est pas mauvais !! Comme quoi !
Je remonte au centre et on m’indique la direction de l’atelier de verre.
L’équipe ne parle pas trop anglais mais on se comprend. Ils me font enfiler des protège-bras, poignets, et des gants. Un des souffleurs me propose de prendre des photos et je lui confie mes appareils, super !
 Ils me montrent avec des gestes comment souffler dans le verre, puis comment créer l’ouverture, comment créer l’effet de craquelures. 
L’expérience ne fût pas très longue, car ils ne nous font pas mettre le verre au feu ni faire les finitions. La chaleur est intense dans ce studio et des ventilateurs sont disposés un peu partout pour nous empêcher de suer.

Il est environ 17h et je repars flâner dans la rue principale et ses boutiques.

Je décide que ma journée est terminée et rentre pour avancer sur mes articles !

J29 : Le village des arts !

Ce matin réveil matinal car je dois prendre le bus pour Gyokusendo, et il y a 1h de trajet. 
Je vais y visiter un petit « village », où se trouve une grande grotte de calcaire, qui aurait même servi comme lieu de tournage !

Okinawa

À l’entrée, les employés me prennent en photo « souvenir » avec un petit instrument local, qu’il me faudra récupérer à la sortie. 
Il ne fait pas trop froid, et des stalactites recouvrent tout le plafond. Dans certains passages, il y a de l’eau, une petite cascade éclairée, et j’ai la chance de pouvoir apercevoir un petit habitant de cette grotte. Un poisson des cavernes ! Puis 2 ! Plus loin dans des aquariums, ils nous présentent quelques uns des autres habitants; C’est incroyable !
 Vers la fin de la visite, les japonais ont mit des lumières bleues dans l’eau ruisselante, ce qui lui donne une très belle teinte turquoise. 
Je sors et récupère ma photo pour 1000¥. 
La visite a été plus courte que prévue ce qui me laisse 1h pour visiter le village ! Boutiques, ateliers de tissus, verre, et autres.

Puis avant la sortie, se déroule un spectacle de musique et danse typique de l’île je pense…
 Ça frappe sur les tambours, et saute, pendant que la chanteuse chante de sa voix nasillarde et joue de son banjo japonais aux sons très répétitifs.
 Je n’ai pas le droit de prendre de photos ni de vidéos et c’est vraiment dommage ! Mais… Héhé…

C’est l’heure, et après une autre heure de route, je vais manger rapidement puis à mon RDV au salon. On me confie à une employée qui parle anglais et quel bonheur !
 Le choix de mes futurs ongles est dur, tout est beau ! Nous parlons de voyages et c’est agréable de pouvoir discuter un peu avec des habitants pendant qu’on se fait bichonner les mains !
 Elle m’offre ensuite une crème et je repars à l’aventure 2h après, ravie.

Après quelques boutiques, je rentre à l’hôtel ranger ma valise et prévoir ma dernière journée au Japon.

J30 : Dernier jour au Japon !

Il est 10h, check-out, il fait déjà 31 degrés.
Je pars en tram-aérien vers un des principaux lieux d’intérêt de Naha : Shuri-jō (le château de Shuri).

Il faut marcher un peu et je fonds encore et toujours. Arrivée, je prends mon entrée et enlève mes chaussures une fois à l’intérieur.
Le sol est en bois ciré foncé, les murs sont en panneaux de papier coulissants. À l’extérieur, des jardins très bien entretenus avec une vue lointaine sur l’océan. Dans la salle principale, le gros trône rouge et doré, du roi.
 Quel veinard !

Okinawa
Il n’est pas encore midi, et je marche vers l’atelier de peinture sur corail; peut-être qu’il restera de la place pour le début d’après-midi !
Après 10 minutes de marche, je me retrouve dans l’atelier, et demande une séance avant de repartir prendre l’avion. La dame arrive à caler mon nom pour la séance de 13h, ce qui me laisse 1h pour trouver à manger !

Mon GPS activé, je regarde les icônes de nouilles et finit par dénicher à 5 minutes de l’atelier, un minuscule restaurant de nouilles Okinawaiennes. 
C’est pile dans mon budget à ne pas dépasser (il me reste 1000¥ en cash) et mon budget est donc de 500¥ maximum pour manger.. Nouilles à 450, parfait !
 Le restaurant ne paie pas de mine mais se remplit très vite d’adultes comme d’étudiants.
 Mes nouilles sont vraiment bonnes, mais le bouillon sent encore cette horrible odeur… Flotte sur mes nouilles ce que je pense être du canard, et 2 tranches de racines blanches.
 Mon estomac est rempli et je suis pile à l’heure pour le cours !

La dame me fait choisir mon support puis m’explique comment fonctionne la peinture et les petits instruments en me faisant une petite démonstration.
 Je me retrouve donc à peindre sur un tote bag grâce à d’énorme coraux !
 La salle est remplie, d’adultes et de beaucoup d’enfants. 40 minutes plus tard, après quelques bavures, je finis mon sac et monte le repasser à l’étage pour fixer les couleurs.
 Encore une bonne expérience, qui sera la dernière de ce voyage, car je repars maintenant chercher mes bagages à l’hôtel, pour aller à l’aéroport !

Merci à toi d’avoir suivi mes aventures à travers le Japon !!

Share post:

  • /

Comment ( 1 )

  • Sylvie

    Super, tu me donnes envie de voyager, j’ai tout lu d’une traité et ne me suis pas ennuyée 1 seconde. Bravo Stéphanie, continue comme ça

Leave A Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *